CCAM

CCAM / Scène Nationale de Vandoeuvre

Esplanade Jack Ralite, Rue de Parme

54500 Vandœuvre-lès-Nancy

Tél 03 83 56 83 56

Philosophie

Le Centre Culturel André Malraux est un établissement culturel dédié aux langages et aux pratiques artistiques d’aujourd’hui. Depuis deux décennies, le label «  Scène Nationale  » lui a été attribué par le Ministère de la Culture. Convaincu que les artistes d’aujourd’hui ont une aptitude et une légitimité particulières à s’adresser aux citoyens d’ici et de maintenant, le CCAM soutient la création et met en œuvre la diffusion d’un répertoire contemporain. Structure généraliste, le CCAM promeut une grande variété de disciplines artistiques : de la musique à la photographie, de la danse à la marionnette, du théâtre à la bande dessinée en passant par les arts plastiques.

Ses saisons sont rythmées par des temps forts aux premiers rangs desquels :

> le Festival Musique Actionfondé en 1984 et consacré aux musiques de création,

> Wonderlandun temps fort polymorphe destiné à faire goûter la création contemporaine au jeune public, 

> Ce qui nous agite, un espace qui conjugue la réflexion et le sensible pour aborder sans prosélytisme une thématique de société.


Arpenter le doute

Une crise semble se dissiper... Tandis que nous tentons de redresser nos espoirs,
il apparaît que ce que nous tenions pour stable et pour acquis court le risque de se dégonfler, à la moindre piqûre d’aiguille, comme une baudruche aux couleurs criardes et aux formes naïves. Nous ne pouvons désormais ignorer vivre dans un monde fluctuant et incertain. La conscience que nous avons de notre situation nous invite à questionner notre rapport au réel.

En 1948, dans les pages de Combat, Albert Camus notait le sentiment d’étouffement provoqué par le concert des voix de ceux « qui pensent avoir absolument raison ». Aujourd’hui, par-delà le brouhaha souvent navrant d’un espace public encombré d’échanges lapidaires et de certitudes assénées, les artistes persistent à arpenter des sentiers escarpés. Par vocation, ils inventent des fictions qui interrogent le monde. Même à travers les propos les plus engagés, ils mettent en œuvre des représentations du réel qui interpellent la nature de notre regard. Ils sont ceux qui ont le courage de projeter leur perception, par-delà

le voile des évidences et de s’aventurer au cœur du doute. C’est cela même qui rend leurs paroles précieuses et essentielles : elles délivrent une lumière qui dilue l’âpreté du temps. Par le sensible, ils mettent en actes une éthique du doute qui fait tant défaut à notre époque.

Comme l’an passé, nous avons fait le choix de découper cette saison en deux chapitres, de manière à pouvoir nous adapter plus facilement, si les circonstances le nécessitent. En fin d’année, nous révélerons la seconde moitié de la programmation. Au cours de
ces quatre derniers mois de 2021, nous espérons pouvoir assouvir à nouveau avec vous cet irrépressible besoin de nous rassembler et de partager qui nous habite tous.

Il nous procure de la joie, et c’est tout simplement précieux.

Alors que s’écrivent ces lignes, survient la nouvelle de la disparition de Raimund Hoghe.
À l’automne 2018, il nous avait offert deux représentations de Songs for Takashi.
Au cours de ces soirées, Raimund, accompagné de Takashi Ueno et Luca Giacomo Schulte, a fait don de sa profonde intelligence, de sa délicate ironie et de la grâce infiniment fragile dont il avait le secret. Il était l’un de ces arpenteurs de doute que nous chérissons tant.

Sa vaste présence a marqué nos mémoires et nos âmes. Nous lui dédions la saison qui se dessine.

À Raimund Hoghe

Juin 2021

×