Retour à la liste
<- Saison 2015-2016  Saison 2016-2017 Saison 2017-2018 -> 
|< << >> >|
Samedi 03 Décembre 2016

Spectacle musical ANTOINE VOLODINE, CIE ROLAND FURIEUX
Mevlido appelle Mevlido (intégrale)
Mercredi 30 Novembre 2016 à 20 H 00
Jeudi 01 Décembre 2016 à 19 H 00
Vendredi 02 Décembre 2016 à 20 H 00
Samedi 03 Décembre 2016 à 15 H 00

Durée : 2h49

conception, réalisation, adaptation  : Laëtitia Pitz
conception, réalisation, composition : Xavier Charles
clarinette, voix : Isabelle Duthoit
spatialisation sonore : Romain Vuillet
plasticien lumière : DBO-Olivier Irthum
acteurs  : Benoit Di Marco, Agnès Guignard, Laëtitia Pitz, Philippe Suberbie
voix enregistrées  : Marie-Alice Altenburger, Nathalie Bitan, Didier Menin


Mevlido est flic. Il a cinquante ans. Il vit dans un ghetto sordide « Poulailler Quatre », peuplé de vieilles mendiantes bolcheviques, de chamanes coréens, de réfugiés junkies et d'oiseaux mutants. Mevlido mène une quête, celle de la femme qu'il aime et qu'il a perdue, martyrisée par des enfants-soldats.
Singulière exploration de l'univers fantastique du roman Songes de Mevlido d'Antoine Volodine, Mevlido appelle Mevlido est une plongée dans un univers politique cruel et fraternel, une bascule dans un monde alternatif, construit autour de traces, de fantômes, d’onirisme et de fabulation. Cette version intégrale qui mêle théâtre, musique électroacoustique, récit, chant, images et brume est un voyage dans un monde parallèle où les repères deviennent flous, un ailleurs poétique marqué par l'indistinction entre le rêve et la réalité, la vérité et le mensonge, la vie et la mort, les humains et les animaux.

Antoine Volodine explore un univers romanesque particulier dénommé par lui-même post-exotisme dans les années 90. A cette époque, quelques critiques s’interrogeaient sur le domaine littéraire auquel appartenait son œuvre. Antoine Volodine a choisi le terme de post-exotisme pour exprimer un décalage, une indépendance : il s’agissait de dire une impossibilité de se reconnaître dans les catégories existantes. Il a créé un collectif d’écrivains dissidents, fondement de son écriture, qui le conduit à partager son entreprise littéraire avec des hétéronymes (notamment Lutz Bassmann). L'auteur se présente comme leur porte-parole. Il donne à lire « une littérature étrangère écrite en français », « une littérature de l’ailleurs qui va vers l’ailleurs »."



production : compagnie Roland furieux
coproduction : CCAM-Scène nationale de Vandœuvre, Arsenal/BAM-Metz Cité musicale
soutien : Conseil Départemental de la Moselle, Ville de Metz, La Ferme de Bel Ebat (Guyancourt), SPEDIDAM, ADAMI
accueil en résidence : BAM / Cité musicale, Césaré-Centre national des écritures musicales de Reims, Centre Pompidou (Metz)
collaboration : La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon-Centre national des écritures du spectacle.
La Cie Roland furieux bénéficie du dispositif de soutien aux résidences artistiques de : la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine pour la période 2016-2018.

Spectacle musical LES FRUITS DU HASARD
Noirceurs
Du Jeudi 01 Décembre 2016
Au Dimanche 11 Décembre 2016

le 01 à 20 H 30 (COMPLET)
le 02 à 20 H 30
le 03 à 20 H 30
le 04 à 16 H 00
le 08 à 20 H 30 (COMPLET)
le 09 à 20 H 30 (COMPLET)
le 10 à 20 H 30
le 11 à 16 H 00

Durée : 75mn

écriture, mise en scène : Benoît Fourchard
regard sur l’objet : Delphine Bardot
jeu : Laurent Gix
musique en live : Gabriel Fabing
costumes : Daniel Trento
écriture, jeu : Benoît Fourchard
mise en scène : Virginie Marouzé
musique live : Gabriel Fabing, Michel Deltruc
technique : Philippe Colin


Il y a, profondément enfoui au fond de chacun, un marigot inavouable, siège des sentiments les moins reluisants, ferment des pires barbaries. Pour la plupart d’entre nous, cette région est close, hermétique, imperméable. Mais pour certains, ces sentiments les plus sombres ont un besoin irrépressible de s’exhiber. Benoît Fourchard a écrit Noirceurs, un diptyque musical à partir de deux faits divers, qui repose sur le désir d’interroger cette part de ténèbres présente au fond de chaque être humain, de “fouiller la vase” et comprendre la mécanique qui amène cette cruauté à vouloir s’exprimer au grand jour.
Cette chère Simone retrace avec distance et humour le parcours de Simone Weber, celle que l’on surnommait la diabolique de Nancy.
48 fois nous plonge dans la tête d’un homme qui assassine sa femme de quarante-huit coups de couteau. Deux histoires, deux manières d’appréhender les infinies ressources de l’être humain en matière de férocité.



production : Les Fruits du Hasard
coproduction : Théâtre Ici et Là (Mancieulles), CCAM–Scène nationale de Vandœuvre
soutien : Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, Ville de Nancy
résidence : Site Alstom (Nancy), ACA (Sélestat), Le LEM (Nancy), Théâtre Ici & Là (Mancieulles), Maison d’Elsa (Jarny)