Prochain spectacle :

Conférence OUVERTURE OFFICIELLE

Le jeudi 21 septembre 2017 à 19 H 00



Cette nouvelle saison 2017-2018 s'ouvre ce jeudi 21 septembre avec le vernissage de l'exposition Attica USA 1971 (un retour en images et en sons sur une révolte qui éclata à la prison d'Attica dans l'État de New York en 1971) suivi d'un concert de Jérôme Noetinger et Aude Romary (dont le CD Discordes a été produit cette année sur le label Vand'Oeuvre).
Quelques figures de la scène internationale (Maguy Marin, Jennifer Walshe, Colin Dunne, Anthony Pateras ou Duchamp Duchamp...) ouvriront la piste à de nombreux artistes d’ici et d’ailleurs, en parfaite résonance avec notre temps et nos sensibilités (Vidal Bini, eRikm, Nathalie Pernette, Cie Ouïe/Dire, Les patries imaginaires, Odile Darbelley et Michel Jacquelin …). Vous pourrez découvrir et rencontrer plus d'une quarantaine de compagnies et artistes invités dans leur immense majorité par notre ancien directeur.
De la 3e biennale de danse Exp. Édition, qui s'étend désormais sur l'ensemble du territoire Grand Est, à la 34e édition du festival Musique Action, le CCAM se veut plus que jamais une fenêtre ouverte sur la création contemporaine, un amplificateur des expériences sensibles portées par les artistes. Un lieu de fabrique, de pensée et de vie ouvert à tous.
Le 1er septembre 2017, nous avons le plaisir d'accueillir Olivier Perry, nouveau directeur de la Scène nationale de Vandœuvre, et nous lui souhaitons de poursuivre le travail réalisé par Dominique Répécaud.

L'équipe du CCAM.


Concert AUDE ROMARY, JÉRÔME NOETINGER
Ouverture de saison

Le jeudi 21 septembre 2017 à 20 H 30



Aude Romary : violoncelle
Jérôme Noetinger : dispositif électroacoustique


Après une résidence de travail en 2014 et un CD produit par le label Vand’OEuvre (Discordes), Aude Romary et Jérôme Noetinger ont fixé différents modes de liaisons et de jeux entre leurs instruments, soit le violoncelle d’une part et un dispositif électroacoustique (bande magnétique, micros, haut-parleurs…) d’autre part. Le micro ausculte le violoncelle qui sculpte l’air dans des battements diaphanes. L’instrument acoustique est étendu par des mini-haut-parleurs, des micros et des ressorts accrochés à même sa surface pour le transformer en caisse de résonance ou le faire rentrer en vibration. Ses cordes deviennent des supports pour faire défiler la bande magnétique. Sans oublier une grande part d’improvisation.



PARTENAIRES :

Vous êtes le 1497194ème visiteur depuis le mercredi 31 janvier 2001 Il y a 2 connectés actuellement